Paradoxe d’Abilène ou pensée de groupe

Lorsqu’un groupe prend une décision qui s’avère a posteriori erronée (si tant est que quelque chose puisse s’avérer faux !) on se raccroche souvent au champ théorique de la pensée de groupe ( élaborée par Whyte dans les année 50). Et on oublie généralement la théorie élaborée par Harvey et popularisée dans un texte connu comme « le paradoxe d’Abilène. »

Le Paradoxe d’Abilène consiste en l’adhésion auto-contrainte des membres d’un groupe à une décision ne traduisant pas leur pensée au moment de la prise de décision. Alors que la pensée de groupe repose sur l’expression d’un choix volontaire provoqué par la très forte cohésion du groupe, le Paradoxe d’Abilène naît d’un choix contraint non par la présence de forces externes (cohésion/autres membres du groupe) mais par l’anticipation de chaque membre (forces internes) de la perte d’acquis affectifs et/ou matériels. Cette anticipation est appelée « peur de la séparation ».

On retrouve dans le paradoxe d’Abilène 4 syndromes clés de l’altération de la qualité décisionnelle :
Continuer la lecture